Le master en education thérapeutique:orientations théoriques

Publié le par catherine tourette-turgis

 L’équipe s’est agrandie, j’ai reçu plus d’une quinzaine de pré-incriptions et de déclarations d’intérêt de toute la France, de Belgique, des Caraïbes, d’Afrique de l’Ouest et de l’Est, de Haïti qui attendent avec impatience qu’il soit plus organisé en E- Learning. Les services des soignants représentés sont l’oncologie (soins palliatifs), l’infectiologie, la néphrologie, la neurologie, la pédiatrie, le domaine humanitaire, des associations de patients, Je suis très émue et attentive dès que je reçois une déclaration d’intérêt ou une inscription : cela me donne envie de travailler intensément tout l’été à préparer un climat pédagogique de formation des adultes facilitateur des transferts de savoirs, d’expériences. Quand je pense à tous les patients qui vont bénéficier de la formation des soignants, je me sens investie d’une énergie de vie incontrôlable  mais aussi de doutes .En effet comment être sûrs que nous allons réussir tous ensemble à modifier le système d’organisation des soins pour donner au patient la place qui lui revient , pas une place usurpée, pas une place obligée, pas une place convoquée non une place , celle qui revient à celui qui se bat pour exercer ses compétences à ce qu’on qualifie  comme des «  compétences à l’auto soin » sans trop savoir ce qu’elles signifient et surtout comment on les acquiert . Implanter un programme d’éducation et d’accompagnement ne suffit pas. Certaines de ces compétences relèvent  du devoir social, de la dette collective que nous avons tous les uns envers les autres face au fait de rester vivant chaque jour un jour de plus et aussi un jour de moins si on regarde les choses autrement ! J’’ai passé plus de 20 ans de ma vie à observer à m’impliquer, à exister, à accompagner les deux partenaires d’une dyade particulière le soignant et son patient ou le patient et son soignant .J’ai senti et partagé avec les deux membres de cette dyade, des moments terrifiants que je retrouve parfois dans des fragments de mes rêves et aussi dans des souvenirs douloureux où j’ai assisté à une mise en commun de tout l’arsenal thérapeutique existant avec l’arsenal tout aussi puissant des forces internes du patient pour lutter pour contre l’irrémédiable de la douleur , de la peine, de la souffrance causée par la maladie du corps qui finit par s’en remettre à l’esprit ou même s’en prendre à lui quand rien ne va plus. Parler d’éducation , introduire un projet d’éducation dans une telle histoire qui se déroule sous nos yeux peut paraître si prétentieux qu’il nous faut plutôt parler de comment on apprend ensemble entre soignants et accompagnants à tenir notre place et assurer l’autre de la certitude de son existence et du fait qu’il compte plus que tout autre pour nous le temps et ce pour une durée indéterminée dès qu’il y a eu rencontre mutuelle c'est-à-dire, écoute, reconnaissance mutuelle et réciprocité des échanges. Ce pari, seulement certaines pédagogies peuvent y prétendre, celles qui sont délibérément du côté du respect de l’altérité et de la reconnaissance de la vulnérabilité mutuelle dans lesquelles nous place une vie dans laquelle il faut encore une fois et peut-être pour une dernière fois apprendre à vivre avec «  un avec » que personne n’a le droit de définir à la place de l’autre

Commenter cet article

jennifer 09/06/2009 12:39

Bonjour,
Quand je lis ce texte, je suis émue, une émotion fine et vibrante. J'ai l'impression de retrouver la douceur et la vérité humaine d'une Marie de Hennezel : "Je garderai toujours un respect infini pour la personne humaine, et pour ce qui l'anime, convaincue qu'elle ne se réduit pas à ce que nous croyons voir. Si un jour je devenais ce que certains appellent "un légume", je resterai sans doute, dans l'obscurité où je serais plongée, sensible à la parole d'autrui, la parole qui s'adresserait à moi, à mon être, à ce qui reste intact malgré la détérioration physique et mentale."
Je m'appelle Jennifer Pellé et je suis atteinte d'une maladie rénale chronique. C'est une étrange façon de se présenter. Je ne le fais jamais, mais là je me l'autorise.
Je me suis engagée dans l'association polyystose france de façon très active. Je m'occupe de la rédaction de textes, d'interviews de médecins et de patients. Je suis également chargée en communication et je m'intéresse depuis toujours à l'humain. J'ai dernièrement participer à la réunion sur le thème de l'ETP en néphrologie animée par le Pr Ismard Bagnis. J'ai trouvé cette réunion riche et j'en suis ressortie pleine de questionnements. La question essentielle étant : "Comment puis-je être utile et de quelle façon puis-je intervenir pour aider et aller vers l'autre dans l'ETP ?

jennifer 09/06/2009 12:37

Bonjour,
Quand je lis ce texte, je suis émue, une émotion fine et vibrante. J'ai l'impression de retrouver la douceur et la vérité humaine d'une Marie de Hennezel : "Je garderai toujours un respect infini pour la personne humaine, et pour ce qui l'anime, convaincue qu'elle ne se réduit pas à ce que nous croyons voir. Si un jour je devenais ce que certains appellent "un légume", je resterai sans doute, dans l'obscurité où je serais plongée, sensible à la parole d'autrui, la parole qui s'adresserait à moi, à mon être, à ce qui reste intact malgré la détérioration physique et mentale."
Je m'appelle Jennifer Pellé et je suis atteinte d'une maladie rénale chronique. C'est une étrange façon de se présenter. Je ne le fais jamais, mais là je me l'autorise.
Je me suis engagée dans l'association polyystose france de façon très active. Je m'occupe de la rédaction de textes, d'interviews de médecins et de patients. Je suis également chargée en communication et je m'intéresse depuis toujours à l'humain. J'ai dernièrement participer à la réunion sur le thème de l'ETP en néphrologie animée par le Pr Ismard Bagnis. J'ai trouvé cette réunion riche et j'en suis ressortie pleine de questionnements. La question essentielle étant : "Comment puis-je être utile et de quelle façon puis-je intervenir pour aider et aller vers l'autre dans l'ETP ?

Gigi 07/03/2008 20:32

Bravo, Catherine! Ton blog est tres bien. J'admire ton travail et ta competence.
Bonne chance avec le master que tu l'auras certainement.

Gigi 07/03/2008 20:28

Bravo! c'est super Catherine! J'admire ta competence et dedication. Ca c'est un travail noble! Bonne chance!