Extrait de mon dernier livre diffusé gratuitement

Publié le par catherine tourette-turgis

Voici un extrait de l'introduction de mon dernier livre. Pour obtenir un exemplaire gratuit de ce livre , adressez-vous à l'éditeur Comment Dire , 01 42 85 34 54 qui vous expliquera en fonction du service où vous travaillez comment avoir accès à cet ouvrage qui porte sur la consultation d'aide à l'observance, l'accompagnement thérapeutique et le modèle MOTHIV. Voici aussi l'adresse mail pour obtenir des renseignements sur la diffusion de cet ouvrage : master.educationtherapeutique@yahoo.fr

"L’idée d’éducation thérapeutique dans le champ du VIH a commencé à être admise dans les années 2000, d’une part quand on a commencé à qualifier l’infection à VIH de maladie chronique, d’autre part quand l’infection à VIH a touché des populations précarisées qui ne disposaient pas des mêmes moyens économiques et culturels que la première génération des malades du SIDA. En ce sens, il me paraît important que l’éducation thérapeutique s’inscrive dans l’histoire de l’épidémie, des réformes sociales auxquelles elle a donné lieu et ne vienne pas en contredire les acquis politiques, sociaux, philosophiques ou éthiques.

Dans cet ouvrage, j’utilise volontairement les termes de consultation d’aide à l’observance et d’éducation thérapeutique et ce pour deux raisons. La première raison tient à ce que je tiens à continuer mes recherches de modèles d’applicabilité ayant trait à l’observance thérapeutique dans le domaine du VIH et plus largement des maladies chroniques. C’est la raison pour laquelle j’offre aux lecteurs un nouvel éclairage sur le modèle MOTHIVde la consultation d’aide à l’observance  que j’ai commencé à définir en 1997/1998 et pour lequel j’avais construit des guides d’entretiens qui ont donné lieu à des malentendus. Cela prouve une fois de plus que dès qu’on se place sur le terrain de la didactique et de la pédagogie, on peut se trouver en grande difficulté si on ne prend en pas en compte les migrations de pratique exigées par exemple par le passage de l’interrogatoire médical à l’entretien. Ainsi, un guide d’entretien vient à être utilisé comme un questionnaire et perd ses composantes relationnelles. Un outil d’exploration des difficultés du patient devient un interrogatoire, et perd son but premier qui était d’être un appui pour les soignants. Il est vrai que dans ma volonté de proposer des outils aux soignants, j’avais négligé la difficulté de passer du modèle de l’écriture prescriptive qui est le modèle même de l’écriture médicale à un modèle d’écriture centré sur le récit expérientiel du patient. La deuxième raison se situe au cœur de la réflexion que j’ai engagée sur le thème « éducation et médecine ». En identifiant parmi les grands courants pédagogiques en éducation ceux qui me paraissent les plus proches des valeurs que je défends dans la santé comme par exemple : la sollicitude, l’empathie, l’approche centrée sur la personne, la collaboration active entre soignants et patients, la notion de patient citoyen, le concept de sujet, les pédagogies de la résilience et de l’émancipation, la liberté d’être et de devenir, l’accès universel au soin et aux médicaments, la santé comme bien public mondial, j’ai ainsi tenté d’associer les deux approches. "

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article